Le vrai-faux retour de Gateway