google
 

Le moteur de recherche a deux semaines pour répondre à des accusations de surveillance, d'interrogatoires et d'usage d'autres méthodes à l'encontre de ses employés militants.

Votre opinion

Postez un commentaire