Selon la Hadopi, YouTube, Facebook et Twitter servent de plus en plus au piratage

Hadopi
 

Une étude de la Haute Autorité montre que les réseaux sociaux prennent une part croissante dans la consommation de contenus illicites. Mais les pratiques varient fortement d’une plate-forme à l’autre.

Votre opinion

Postez un commentaire