Qui sont les moins perdants de la crise des télécoms ?