Passer au contenu

Powerware 9120, d’Eaton Powerware

Voici un excellent modèle tour. Il offre une bonne autonomie, de nombreuses fonctions et trois interfaces gérées par le même logiciel.

Premier pour deux critères sur quatre, ce modèle obtient globalement les meilleurs résultats de ce comparatif. Il offre une durée d’autonomie de 14 minutes pour une charge de 1400 W grâce à ses huit batteries,
facilement extractibles à chaud. Il se classe troisième sur le critère électrique grâce à de très bonnes performances d’ensemble : écart de tension toléré de 160 V, puissance fournie mesurée de 1 430 W, rendement de 88,7 %,
distorsion harmonique de sortie en charge de 2,1 % et taux de distorsion harmonique du courant d’entrée de 9,1 %.En administration, c’est le plus complet de ce banc d’essai, grâce à ses trois interfaces, série, USB et SNMP v.2, gérées, qui plus est, par le même logiciel, grâce à ses nombreuses fonctions de diagnostic et de supervision, et
à la gestion des connexions à distance en HTTPS et SSH. Nous apprécions la fourniture d’un logiciel de gestion centralisée des onduleurs en standard ainsi que la présence d’un écran LCD en façade que le fabricant est le seul à proposer.L’installation des agents d’extinction sur Linux est digne d’éloges puisqu’elle se révèle aussi simple que sur Windows, et ce, sur la plupart des distributions du marché. Proposé à un prix très correct, cet équipement est un
très bon parti dans ce niveau de gamme. Seul petit inconvénient : il n’est pas convertible au format rack.


Bertrand Braux