Montpellier digère l'après-krach

La capitale languedocienne ne mise plus uniquement sur internet. Elle veut attirer les entreprises des technologies de l'information au sens large.

Votre opinion

Postez un commentaire