Le Direction générale des fraudes va pouvoir bloquer des sites, des noms de domaine ou des applications en cas d’infraction grave à la protection des consommateurs.