Le retour au bercail des "start-uppers"