Le gouvernement français redoute ouvertement une cyberattaque aux effets catastrophiques
 

Pour le directeur général de l’ANSSI, la perspective du sabotage ou de la destruction d’une infrastructure critique française semble inéluctable. Pour la ministre des Armées, Florence Parly, la cyberguerre a « bel et bien commencé » et il n’est pas question « d’être naïfs ».

Votre opinion

Postez un commentaire