La Cnil alerte sur les « mauvaises pratiques » de lecture automatisée des plaques d'immatriculation

Un véhicule de police équipé du système LAPI, en 2011, à Strasbourg.
 
Un véhicule de police équipé du système LAPI, en 2011, à Strasbourg. -

Le gendarme de protection des données vient de mettre en demeure quatre communes. Le motif ? Leurs forces de l'ordre font un mauvais usage des dispositifs de lecture automatisée des plaques d’immatriculation.

Votre opinion

Postez un commentaire