Le réseau social minimise la situation et soutient qu’il s’agissait d’un test de vulnérabilité effectué par un chercheur en sécurité. Mais plusieurs éléments font penser qu’il s’agissait plutôt d’un pirate.