Facebook juge qu'il n'est pas nécessaire d'avertir ses 533 millions d’utilisateurs aux données volées

Marc Zuckerberg, PDG de Facebook, en 2018
 
Marc Zuckerberg, PDG de Facebook, en 2018 -

Le réseau social dit ne pas savoir précisément quelles personnes il faudrait contacter. Par ailleurs, il estime que cela ne changera rien, car le mal est fait.