La France figure parmi les principales victimes de ce malware qui permettait de réaliser des transferts d’argent frauduleux vers des pays d’Europe de l’est.

A lire aussi