Boris Cyrulnik*: " L'information est mieux transmise, mais pas l'affection. "