Aurélie Filippetti : « Google n'est pas exonérée de ses devoirs fiscaux »

Mis à jour le
Aurélie Filippetti : « Google n'est pas exonérée de ses devoirs fiscaux »
 

La ministre de la Culture a tenu à rappeler que le dossier fiscal des entreprises de high-tech n'est pas lié au versement d'un fond de 60 millions d'euros à la presse française.

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • vincel
    vincel     

    alala

  • christodo
    christodo     

    Certes le taux d'impôt sur les sociétés ( 33 1/3 % en France s'applique au bénéfice et non pas au chiffre d'affaires )mais les charges sur ce type de transaction internet est faible.
    Et en rapportant le montant d'IS payé ( 5 millions ) sur le chiffre d'affaires généré en France par GOOGLE, on obtient une part d'imposition fictive ( puisque non basée sur le bénéfice ) de 0,38 %.
    Impressionnant : au plus les multinationales sont importantes et au moins elles sont imposées.

    Après il y en a ( toujours les mêmes, les grosses fortunes qui en payent peu proportiellement à leurs revenus ) qui vont dire qu'on paye trop d'impôt en France...

Votre réponse
Postez un commentaire