En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

« L’antivirus est mort », dit Symantec

Selon l’éditeur, les antivirus laissent passer plus de la moitié des attaques informatiques. Côté technologique, mieux vaut se concentrer sur la détection d’intrusion, histoire de « sauver les meubles ».

laisser un avis
Parfois, la vérité est dure à dire, mais parfois c’est nécessaire : le bon vieux antivirus ne sert plus à grand-chose. Et c’est l’un de principaux fournisseurs d’antivirus qui le dit. Cité par The Wall Street Journal, Brian Dye, senior vice-président chez Symantec - qui édite la suite Norton - estime que « l’antivirus est mort et condamné à l’échec ».
Créé dans les années 80, ce type de produit de sécurité s’appuie sur des bases de données de signatures pour repérer des codes malveillants sur les équipements informatiques. Mais cette parade ne fonctionne plus : selon M. Dye, les antivirus ne détecteraient plus que 45 % des attaques. « Ce n’est plus avec des antivirus que nous allons gagner de l’argent », précise-t-il. Comment alors ? Partant du constat que l’on ne peut plus forcément éviter les intrusions, Symantec veut se concentrer à l’avenir sur les méthodes de détection d’intrusion, d’analyse comportementale et de « mitigation », c’est-à-dire l’atténuation des effets.
En somme, il ne s’agit plus vraiment d’empêcher les cybercriminels de rentrer, mais de sauver les meubles, et cela le plus rapidement possible. Symantec n’est pas la première société de sécurité informatique à faire ce constat d’échec. D’autres éditeurs, comme FireEye ou Juniper Networks, ont déjà pris ce tournant.
Lire aussi:
Et si les antivirus devenaient inutiles ?, le 24/07/2012
Source :
WSJ
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Android, une nouvelle faille transforme votre smartphone… en légume
HORNET, un remplaçant de Tor pour surfer anonymement avec des débits de 93 Gbits/s
Contre les malwares, les chercheurs font désormais appel à des intelligences artificielles
Le malware pour Android le plus élaboré jamais conçu est désormais dans la nature
Mac OS X : une faille critique non corrigée a été découverte dans Yosemite
Microsoft s'attaque au revenge porn sur Bing, OneDrive et Xbox Live
Internet Explorer : ne l’utilisez pas, il contient quatre failles non patchées
Google et six éditeurs d'antivirus font tout pour vous dissuader d'installer uTorrent
Ces hackers ont pris le contrôle total d’une voiture à distance
Microsoft vient de corriger en urgence une faille critique qui touche tous les Windows
Hacking Team : un appareil pour pirater les réseaux Wi-Fi embarquable sur un drone
Facebook veut qu’Adobe mette à mort Flash
Deux autres failles zero day découvertes dans Flash après l’attaque contre Hacking Team
Gmail utilise un réseau neuronal pour contrer les spams
Adobe comble une faille zero-day critique découverte dans le Flash Player
Gunpoder : le nouveau malware pour Android qui passe tous les systèmes de surveillance
La firme d'espionnage Hacking Team piratée : 400 Go de données livrées sur le Net
Ford rappelle 433 000 véhicules en raison d’un bug informatique
ProxyHam, le boîtier radio qui protège vraiment l’anonymat des Internautes
Comment fonctionne XKeyscore, le «Google» de la NSA