En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

« L’antivirus est mort », dit Symantec

Selon l’éditeur, les antivirus laissent passer plus de la moitié des attaques informatiques. Côté technologique, mieux vaut se concentrer sur la détection d’intrusion, histoire de « sauver les meubles ».

laisser un avis
Parfois, la vérité est dure à dire, mais parfois c’est nécessaire : le bon vieux antivirus ne sert plus à grand-chose. Et c’est l’un de principaux fournisseurs d’antivirus qui le dit. Cité par The Wall Street Journal, Brian Dye, senior vice-président chez Symantec - qui édite la suite Norton - estime que « l’antivirus est mort et condamné à l’échec ».
Créé dans les années 80, ce type de produit de sécurité s’appuie sur des bases de données de signatures pour repérer des codes malveillants sur les équipements informatiques. Mais cette parade ne fonctionne plus : selon M. Dye, les antivirus ne détecteraient plus que 45 % des attaques. « Ce n’est plus avec des antivirus que nous allons gagner de l’argent », précise-t-il. Comment alors ? Partant du constat que l’on ne peut plus forcément éviter les intrusions, Symantec veut se concentrer à l’avenir sur les méthodes de détection d’intrusion, d’analyse comportementale et de « mitigation », c’est-à-dire l’atténuation des effets.
En somme, il ne s’agit plus vraiment d’empêcher les cybercriminels de rentrer, mais de sauver les meubles, et cela le plus rapidement possible. Symantec n’est pas la première société de sécurité informatique à faire ce constat d’échec. D’autres éditeurs, comme FireEye ou Juniper Networks, ont déjà pris ce tournant.
Lire aussi:
Et si les antivirus devenaient inutiles ?, le 24/07/2012
Source :
WSJ
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Ils ont volé un logiciel de l’armée américaine et des secrets sur Xbox One
Windows 9 s’appelle en fait... Windows 10
L’armée française simule la cyberguerre
Faille de sécurité Shellshock : Apple publie un correctif pour Mac OS X
Après Shellshock, plein d’autres failles critiques émergent dans Linux
Mégafaille Shellshock: Apple rassure les utilisateurs de Macintosh
Interview exclusive: « J’ai découvert la faille Shellshock par hasard »
Shellshock : les premières attaques déferlent sur la Toile
Chiffrement des données : Apple et Google vont trop loin s'insurge le FBI
Célébrités nues : Apple aurait pu éviter le piratage d’iCloud, il était prévenu
Sécurité: la mégafaille «Shellshock» secoue le monde Linux et Mac OS
De fausses annonces eBay piègent les utilisateurs
La carte bleue du futur sera plus difficile à pirater
Le Touch ID de l’iPhone 6, aussi facile à pirater que celui de l’iPhone 5s
Comment fonctionne «Treasure Map», le Google Maps de la NSA
Bientôt, les smartphones Android seront chiffrés par défaut
Nouveau record : 56 millions de cartes bancaires piratés chez Home Depot
Apple dit renforcer sa sécurité pour protéger votre vie privée
Apple renforce la sécurité d’iCloud, mais de façon optionnelle
Les Etats-Unis renforcent leur unité de cyberdéfense