En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

« L’antivirus est mort », dit Symantec

Selon l’éditeur, les antivirus laissent passer plus de la moitié des attaques informatiques. Côté technologique, mieux vaut se concentrer sur la détection d’intrusion, histoire de « sauver les meubles ».

laisser un avis
Parfois, la vérité est dure à dire, mais parfois c’est nécessaire : le bon vieux antivirus ne sert plus à grand-chose. Et c’est l’un de principaux fournisseurs d’antivirus qui le dit. Cité par The Wall Street Journal, Brian Dye, senior vice-président chez Symantec - qui édite la suite Norton - estime que « l’antivirus est mort et condamné à l’échec ».
Créé dans les années 80, ce type de produit de sécurité s’appuie sur des bases de données de signatures pour repérer des codes malveillants sur les équipements informatiques. Mais cette parade ne fonctionne plus : selon M. Dye, les antivirus ne détecteraient plus que 45 % des attaques. « Ce n’est plus avec des antivirus que nous allons gagner de l’argent », précise-t-il. Comment alors ? Partant du constat que l’on ne peut plus forcément éviter les intrusions, Symantec veut se concentrer à l’avenir sur les méthodes de détection d’intrusion, d’analyse comportementale et de « mitigation », c’est-à-dire l’atténuation des effets.
En somme, il ne s’agit plus vraiment d’empêcher les cybercriminels de rentrer, mais de sauver les meubles, et cela le plus rapidement possible. Symantec n’est pas la première société de sécurité informatique à faire ce constat d’échec. D’autres éditeurs, comme FireEye ou Juniper Networks, ont déjà pris ce tournant.
Lire aussi:
Et si les antivirus devenaient inutiles ?, le 24/07/2012
Source :
WSJ
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
La Russie soupçonnée d'organiser des cyberattaques sur les banques américaines
ICReach, le moteur de recherche secret «à la Google» de la NSA
Vol MH370 : des hackers chinois auraient volé les documents de l’enquête
Après Sony, les pirates de Lizard Squad attaquent Xbox Live et le Vatican
Menace d'attentat et piratage contre Sony
Deux ivoiriens arrêtés après avoir volé 2,4 millions d'euros à une entreprise française
5 arnaques au numéro surtaxé pas si faciles à déjouer
MonsterMind, l’outil secret de la NSA qui protège les USA contre les cyberattaques
Visitez la Mecque des hackers : Defcon 22 et Black Hat USA en 48 images
Defcon 22: comment hacker les feux de circulation routière
Defcon 22: Dark Mail, l’email qui veut briser la surveillance de masse
Les smartphones Android, armes ultimes pour exploiter la vulnérabilité de l'USB
Yahoo! utilisera PGP pour crypter les e-mails de bout en bout
Black Hat 2014 : failles à gogo dans les terminaux de communication par satellite
Bouygues corrige une sérieuse fuite de données dans certaines de ses Bbox
Facebook rachète une start-up pour mieux se protéger des pirates
Black Hat 2014: peut-on encore sauver le cyberespace de ses innombrables failles?
Black Hat 2014 : un pirate peut-il prendre le contrôle à distance d’une voiture?
Black Hat 2014 : les inquiétantes failles aux contrôles de sécurité des aéroports
Comment un gang de pirates a-t-il pu voler plus d’un milliard de mots de passe ?