En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

« L’antivirus est mort », dit Symantec

Selon l’éditeur, les antivirus laissent passer plus de la moitié des attaques informatiques. Côté technologique, mieux vaut se concentrer sur la détection d’intrusion, histoire de « sauver les meubles ».

laisser un avis
Parfois, la vérité est dure à dire, mais parfois c’est nécessaire : le bon vieux antivirus ne sert plus à grand-chose. Et c’est l’un de principaux fournisseurs d’antivirus qui le dit. Cité par The Wall Street Journal, Brian Dye, senior vice-président chez Symantec - qui édite la suite Norton - estime que « l’antivirus est mort et condamné à l’échec ».
Créé dans les années 80, ce type de produit de sécurité s’appuie sur des bases de données de signatures pour repérer des codes malveillants sur les équipements informatiques. Mais cette parade ne fonctionne plus : selon M. Dye, les antivirus ne détecteraient plus que 45 % des attaques. « Ce n’est plus avec des antivirus que nous allons gagner de l’argent », précise-t-il. Comment alors ? Partant du constat que l’on ne peut plus forcément éviter les intrusions, Symantec veut se concentrer à l’avenir sur les méthodes de détection d’intrusion, d’analyse comportementale et de « mitigation », c’est-à-dire l’atténuation des effets.
En somme, il ne s’agit plus vraiment d’empêcher les cybercriminels de rentrer, mais de sauver les meubles, et cela le plus rapidement possible. Symantec n’est pas la première société de sécurité informatique à faire ce constat d’échec. D’autres éditeurs, comme FireEye ou Juniper Networks, ont déjà pris ce tournant.
Lire aussi:
Et si les antivirus devenaient inutiles ?, le 24/07/2012
Source :
WSJ
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
BMW corrige une faille de sécurité qui touchait 2 millions de voitures
L'Olympique de Marseille victime d'une arnaque au faux virement [MAJ]
Le chiffrement, nouvelle cible à abattre des gouvernants européens
Contre les terroristes, les espions canadiens surveillent tout ce que vous téléchargez
Blackphone, le smartphone anti-NSA sécurisé, hacké via un simple SMS
Ghost, la faille critique qui permet de prendre le contrôle des systèmes Linux
Une faille permet de pirater les drones Parrot à distance
Lizard Squad pirate Malaysia Airlines et fait preuve d'un humour douteux
Comment la NSA dénature le DNS pour espionner particuliers et entreprises
Vidéo : une enfant hacke un hotspot Wifi en 11 minutes
Découvrez la salle informatique mobile de l’Armée de terre
Google révèle trois failles zero-day critiques dans Mac OS X
Kim Dotcom lance MegaChat, la messagerie instantanée chiffrée qui veut détrôner Skype
Un hack de Siri pourrait aboutir au vol des données stockées sur votre iPhone
Manuel Valls veut renforcer les « cyberpatrouilles »
L’Armée électronique syrienne a piraté le compte Twitter du journal Le Monde [MAJ]
Cybercriminalité: Cazeneuve veut «responsabiliser» les acteurs du Net
Selon l’ANSSI, les hackers djihadistes sont « de faible niveau »
Et les plus mauvais mots de passe de l’année sont…
Cyberattaques pro et anti Charlie Hebdo : premier bilan et inquiétudes