En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

« L’antivirus est mort », dit Symantec

Selon l’éditeur, les antivirus laissent passer plus de la moitié des attaques informatiques. Côté technologique, mieux vaut se concentrer sur la détection d’intrusion, histoire de « sauver les meubles ».

laisser un avis
Parfois, la vérité est dure à dire, mais parfois c’est nécessaire : le bon vieux antivirus ne sert plus à grand-chose. Et c’est l’un de principaux fournisseurs d’antivirus qui le dit. Cité par The Wall Street Journal, Brian Dye, senior vice-président chez Symantec - qui édite la suite Norton - estime que « l’antivirus est mort et condamné à l’échec ».
Créé dans les années 80, ce type de produit de sécurité s’appuie sur des bases de données de signatures pour repérer des codes malveillants sur les équipements informatiques. Mais cette parade ne fonctionne plus : selon M. Dye, les antivirus ne détecteraient plus que 45 % des attaques. « Ce n’est plus avec des antivirus que nous allons gagner de l’argent », précise-t-il. Comment alors ? Partant du constat que l’on ne peut plus forcément éviter les intrusions, Symantec veut se concentrer à l’avenir sur les méthodes de détection d’intrusion, d’analyse comportementale et de « mitigation », c’est-à-dire l’atténuation des effets.
En somme, il ne s’agit plus vraiment d’empêcher les cybercriminels de rentrer, mais de sauver les meubles, et cela le plus rapidement possible. Symantec n’est pas la première société de sécurité informatique à faire ce constat d’échec. D’autres éditeurs, comme FireEye ou Juniper Networks, ont déjà pris ce tournant.
Lire aussi:
Et si les antivirus devenaient inutiles ?, le 24/07/2012
Source :
WSJ
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Hacker les trains sera plus facile demain, estime un chercheur britannique
Mauvaise nouvelle, Mac OS X est lui aussi un paradis pour les malwares
Des pirates russes se sont introduits dans le réseau du Pentagone
Des hackers ont piraté le lecteur d’empreintes digitales du Samsung Galaxy S5
Une faille zero-day permet de faire crasher iPhone et iPad indéfiniment
Les applications mobiles, toujours trop intrusives et trop peu sécurisées
Des chercheurs découvrent une faille qui touche 8 PC sur 10 dans le monde
Faille critique : le patch de Mac OS X totalement inefficace contre Rootpipe
Les armes du gouvernement pour faire la guerre aux drones
Loi sur le renseignement : l'hébergeur Altern.org va quitter la France
Wikileaks publie l’intégralité des documents volés lors du hack de Sony Pictures
Comment les opposants à la loi sur le renseignement ont détecté qu’ils étaient espionnés
Plus de 100.000 données personnelles piratées sur le web de France Télévisions
Le Wi-Fi à bord des avions, une porte ouverte pour les hackers ?
Exclusif: on a hacké sous nos yeux le Blackphone, le smartphone «anti-NSA»
Firefox : seuls les sites Web sécurisés pourront bénéficier de ses nouvelles fonctions
Les cyberdjihadistes ont attaqué la chaîne TV5 Monde dès fin janvier
Attention : les rançongiciels à chiffrement font de plus en plus de victimes
Comment la NSA pourrait bientôt déchiffrer toutes vos données
Manifestation contre la loi sur le renseignement, nous y étions