En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Le MIT invente un web anti-NSA

Pour blinder la Toile, des chercheurs proposent de créer des services en ligne où les données ne sont déchiffrées que dans les navigateurs, jamais côté serveur. Subtil, mais faisable.

laisser un avis
Les révélations d’Edward Snowden, tout comme les désormais innombrables vols de données le prouvent : les sites web ne sont pas suffisamment sécurisés pour héberger des informations sensibles. C’est pourquoi une équipe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) propose une nouvelle architecture web baptisée « Mylar », taillée sur mesure pour résister aux assauts des espions et des cybercriminels. L’idée principale est assez simple : comme il est difficile de sécuriser correctement les serveurs web, il faut que ces derniers ne manipulent que des données chiffrées.
Pour y arriver, les serveurs web de Mylar ne génèrent pas des pages web finies, mais transmettent du code Javascript et les données chiffrées au navigateur web qui dispose en local d’une clé pour les déchiffrer. Par ailleurs, le code envoyé est signé, pour éviter d’utiliser une version vérolée.
Architecture de Mylar
agrandir la photo
Mais comment faire pour filtrer les données ou les partager avec d’autres utilisateurs ? Les chercheurs y ont pensé. Ils ont développé une technique permettant d’effectuer une recherche par mot clé côté serveur sur contenu chiffré. Par ailleurs, ils ont créé un système permettant de partager une clé entre plusieurs utilisateurs sans que le serveur n’en ait connaissance, ce qui permet de chiffrer du contenu partagé. Résultat : les données affichées ne sont visibles que dans les navigateurs des utilisateurs qui ont droit d’y accéder.

Impact « modeste » sur les performances

Les chercheurs ont réalisé plusieurs prototypes avec cette architecture : un site de consultation médical, un calendrier, une messagerie en ligne, un site de partage de photos, etc. D’après eux, l’effort demandé aux développeurs pour adapter leurs sites est faible. En moyenne, il suffisait d’ajouter 36 lignes de code pour passer d’un service web classique à un service Mylar. Evidemment, il y a un certain impact en terme de latence et de débit, mais celui-ci serait relativement « modeste ». Sur l’application de messagerie, ils ont observé une baisse de 17 % sur le débit et une augmentation de la latence de 50 ms, ce qui reste supportable.
Bref, cette nouvelle architecture semble prometteuse, à condition que les entreprises se donnent la peine de l’implémenter. Certaines ne vont certainement jamais le faire : les géants du web de type Google et Facebook. Pour eux, un chiffrement total des données personnelles serait synonyme de faillite, car ils ne pourraient plus les croiser pour faire du ciblage publicitaire. C’est dommage, car c’est justement les services de ces acteurs qu’il faudrait sécuriser...       
Lire aussi:
Le chiffrement, l'arme ultime pour lutter contre la NSA, selon Snowden, le 11/03/2014
Comment la NSA a industrialisé le hacking, le 15/03/2014
Source :
Le projet Mylar sur le site MIT
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Et si Tor débarquait dans Firefox ?
Failles Shellshock : le patch d’Apple est incomplet
Google augmente les récompenses pour les chasseurs de bugs
Ils ont volé un logiciel de l’armée américaine et des secrets sur Xbox One
Windows 9 s’appelle en fait... Windows 10
L’armée française simule la cyberguerre
Faille de sécurité Shellshock : Apple publie un correctif pour Mac OS X
Après Shellshock, plein d’autres failles critiques émergent dans Linux
Mégafaille Shellshock: Apple rassure les utilisateurs de Macintosh
Interview exclusive: « J’ai découvert la faille Shellshock par hasard »
Shellshock : les premières attaques déferlent sur la Toile
Chiffrement des données : Apple et Google vont trop loin s'insurge le FBI
Célébrités nues : Apple aurait pu éviter le piratage d’iCloud, il était prévenu
Sécurité: la mégafaille «Shellshock» secoue le monde Linux et Mac OS
De fausses annonces eBay piègent les utilisateurs
La carte bleue du futur sera plus difficile à pirater
Le Touch ID de l’iPhone 6, aussi facile à pirater que celui de l’iPhone 5s
Comment fonctionne «Treasure Map», le Google Maps de la NSA
Bientôt, les smartphones Android seront chiffrés par défaut
Nouveau record : 56 millions de cartes bancaires piratés chez Home Depot