En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Sept opérateurs télécoms livrent leurs réseaux aux services secrets britanniques

Un document d’Edward Snowden révèle les noms de sept opérateurs télécoms américains et britanniques, présentés comme des partenaires privilégiés dans la surveillance numérique. Parmi eux : Verizon, Level 3, Interoute, ...

laisser un avis
Verizon Business, alias « Dacron ». British Telecommunications, alias « Remedy ». Vodafone Cable, alias « Gerontic ». Global Crossing, alias « Pinnage ». Level 3, alias « Little ». Viatel, alias « Vitreous ». Interoute, alias « Streetcar ». Ces sept opérateurs d’origine américaine ou britannique sont cités dans une présentation PowerPoint interne du GCHQ, le vénérable service secret de Sa Majesté, en tant que partenaires clés de Tempora, un programme de surveillance similaire à celui de Prism de la NSA.
Cette information a été révélée vendredi 2 août, par le journal allemand Süddeutsche Zeitung (SZ) et la télévision allemande NDR, qui ont obtenu une copie de cette présentation, datée de 2009 et transférée par Edward Snowden. En tant que partenaires privilégiés, ces opérateurs télécoms fournissent des données sur leurs clients aux services secrets britanniques. Certains poussent le zèle jusqu’à développer une infrastructure logicielle spécifique dédiée à l’espionnage, un service que le GCHQ paierait de manière sonnante et trébuchante.  

Effet de levier

Le choix de ces sept entreprises n’est pas un hasard. Ils opèrent tous un vaste réseau de fibres optiques continentaux et transcontinentaux, loué en partie à des opérateurs tiers. C’est le cas, par exemple, d’Interoute. Ce fournisseur dispose de 60 000 km de fibres optiques, lui permettant de couvrir une trentaine de pays, dont la France où il compte une dizaine de points de présence. A ce titre, il est capable de vendre des capacités et des services à d’autres opérateurs, pour assurer le transit IP ou augmenter la bande passante dans certaines zones. Accéder aux infrastructures de ces sept opérateurs permet donc aux agents secrets britanniques de couvrir, en réalité, beaucoup plus d’opérateurs et donc de communications. C’est comme un puissant effet de levier.
Contactés par SZ et NDR, les opérateurs soit n’ont pas répondu, soit ont simplement indiqué agir dans le cadre de la loi, sans plus. Ainsi, Interoute précise recevoir « de temps en temps » des demandes gouvernementales. Celles-ci seraient analysées et vérifiées par leur service juridique, puis traitées si elles sont justifiées. De son côté, Level 3 indique « ne pas donner accès à des services étrangers à leur infrastructure télécoms en Allemagne ». Ce qui n’exclut donc pas le cas d’un espionnage par le service secret local, lequel transfère ensuite les données au GCHQ ou à la NSA. C’est justement ce qu’a révélé hier le magazine Spiegel à propos des services secrets allemands, qui se révèlent être des collaborateurs particulièrement zélés de la NSA.
Sources :
Articles de SZ et NDR
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
NSA : la surveillance téléphonique doit être « amendée » pas « supprimée »
Le Canada a collaboré avec la NSA pour espionner d’autres pays
Medef, la loi de programmation militaire peut nuire à l’attractivité de la France
NSA : plus d’un million de données fournies par les opérateurs en 2012
Les géants du Web s’allient pour demander une réforme de la NSA
France : la protection des données menacées par la loi de programmation militaire
La CNIL craint un Prism français et exige des précisions
La NSA collecte des centaines de millions de contacts numériques dans le monde
PRISM : Plus de transparence nuirait « gravement à la sécurité nationale »
Les élus américains projettent de limiter mais préserver les programmes de la NSA
Olfeo permet aux entreprises de surveiller les communications chiffrées de leurs salariés
A Londres, les poubelles-espions font scandale
Berlin veut sanctionner les entreprises américaines qui collaborent avec la NSA
PRISM : Les Etats-Unis ont espionné les appels et mails des Brésiliens
Synology : Tout voir dans son entreprise
Yahoo! et Facebook, en tête du « hitparade » de la cybersurveillance
A son tour, Yahoo! révèle le nombre de demandes gouvernementales
NUCLEON, petit frère de PRISM, surveille et écoute vos appels téléphoniques
A quoi servent les étranges portes dérobées découvertes dans les iPhone ?