En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Batvox, le logiciel qui a fait tomber Cahuzac

Pour identifier le ministre dans l’enregistre-ment sonore qui l’accuse de posséder un compte en Suisse, les policiers ont utilisé un outil de reconnaissance vocale redoutable.

laisser un avis
© credits: Chesnot/SIPA ; Arsgera - Fotolia.com
agrandir la photo
C’est un enregistrement de trois minutes cinquante qui a entraîné la chute du ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, l’un des piliers du gouvernement. Pourtant, la conversation dans laquelle une voix avoue posséder un compte en Suisse, capturée sur un répondeur téléphonique en 2000, n’avait rien, a priori, d’une preuve accablante pour lui. Son de mauvaise qualité, qui crachote et qui est perturbé par de nombreux bruits parasites et des sifflements : difficile, même pour ses proches, de reconnaître le ministre !
Cela n’a pas empêché les techniciens de la police scientifique d’identifier Jérôme Cahuzac avec un niveau de certitude suffisamment élevé pour que le parquet de Paris décide d’ouvrir une information judiciaire. Basés à Écully près de Lyon, ces experts sont regroupés au sein du Service central de l’informatique et des traces technologiques (SCITT). Comment ont-ils réussi une telle prouesse technique ? En utilisant le nec plus ultra de la technologie acoustique.

Empreintes vocales

Nos cyberflics ont commencé par “nettoyer” l’enregistrement en supprimant le plus possible les bruits de fond, craquements et sons parasites. Ils ont ensuite transformé le son en ondes pour en avoir une représentation graphique. Le tout à l’aide de logiciels accessibles au grand public, payants comme Audition d’Adobe et Sound Forge Audio Studio de Sony, ou gratuits comme Audacity et Goldwave.
Ce premier travail a permis d’effectuer une comparaison audio et visuelle avec un enregistrement de référence du ministre. Tout comme l’ADN ou les empreintes digitales, la voix a un caractère quasi unique. On ne peut s’en servir pour une identification que si l’on possède un original auquel la comparer. Les policiers se constituent à cet effet des bases de données d’empreintes vocales de criminels et de suspects. Dans le cas de Jérôme Cahuzac, rien de compliqué : il leur a suffi de récupérer un discours enregistré ou une interview.

Analyse phonétique

C’est là qu’est entrée en jeu l’arme secrète des enquêteurs, le logiciel Batvox. Inutile de le chercher, vous ne le trouverez pas dans le commerce. Il a été conçu pour les spécialistes de l’investigation numérique. Peu importe ce que raconte le suspect ou la langue employée, Batvox a les moyens de le reconnaître. “On peut partir d’un enregistrement en anglais, espagnol, arabe ou français et le comparer avec une voix dans une autre langue”, affirme Philippe Vinci, responsable marketing et ventes d’Agnitio, l’éditeur de Batvox. L’autre point fort du logiciel ? Il peut travailler à partir de différentes sources : micro, téléphone, Skype… C’est grâce à cet outil redoutable que les experts de la police – formés par l’éditeur – ont pu avancer dans l’affaire Cahuzac.

Comment fonctionne Batvox

agrandir la photo

Ce logiciel permet de représenter une voix sous la forme d'une courbe (voir ci-contre) et de la comparer à un autre enregistrement. C'est ce que l'on fait les policiers dans le cas Cahuzac. la courbe de la conversation téléphonique a été confrontée à celle d'un discours public du ministre.

agrandir la photo
 
La suite de l'article dans le nouveau magazine 01net.
En vente en kiosque à partir du jeudi 4 avril.
Abonnez-vous !
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Demain, vous vous ferez e-recruter
Google ne veut pas appliquer le droit à l'oubli au niveau mondial
Marine Le Pen n’aime pas Windows 10 qui « espionne » les PC des Français…
La guerre vue par une fillette comme dans un jeu vidéo
La Maison Blanche ne pardonnera pas à Edward Snowden ses révélations...
Elon Musk et Steve Wozniak lancent un appel contre les robots tueurs
Amazon pourrait ouvrir des supermarchés d’un nouveau genre
Stephen Hawking va répondre aux questions des internautes sur Reddit
Les requins sont devenus des stars sur les réseaux sociaux
Universal demande à Google le retrait d’un lien pirate qui pointe vers son propre réseau
Sony se lance dans les drones pour observer la Terre
Découvrez vos héroïnes de jeux vidéo avec de vraies formes féminines
GoPro vendra vos films réalisés avec ses caméras
Apple : ce qu’il faut retenir de ses résultats financiers en huit points
Si Nintendo créait un smartphone, il pourrait ressembler à ça
Vidéo : un robot a « appris » à jouer au ping-pong
L'un des fondateurs du défunt site de streaming Grooveshark meurt à 28 ans
La Hadopi a franchi le cap des 5 millions d’avertissements pour piratage envoyés
Vidéo : découvrez la première livraison par drone autorisée aux Etats-Unis
Samsung Galaxy Note 5 et S6 Edge+, vont-ils ressembler à ça ?