En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Téléchargement illégal : un Charentais condamné à verser 9 000 euros

Pendant quatre ans, le jeune homme avait mis à disposition des centaines de liens vers des sites de téléchargement illégal de films. Il a été condamné.

laisser un avis
Le téléchargement illégal est condamné en justice, la mise à disposition de moyens pour le pratiquer aussi ! Un Charentais de 23 ans accusé d'avoir hébergé des référencements de liens vers des sites de téléchargement illégal, a été condamné ce vendredi 8 mars 2013 en appel à verser un peu plus de 9 300 euros de dommages et intérêts à des majors hollywoodiennes, qui lui réclamaient près d'un million d'euros, a-t-on appris indiqué son avocate, Me Anne-Sophie Arbellot de Rouffignac.
Kevin Hanon avait été arrêté en 2010 à Cognac (Charente) et poursuivi pour avoir créé et alimenté ledivx.com, un annuaire de référencement de plusieurs centaines de liens qui renvoyaient vers des sites de téléchargement illégal de films. Le site avait été ouvert de 2006 à 2010 et il a été établi qu'il avait généré au moins 6 000 euros de recettes, via la publicité, à son créateur.

Une amende plus lourde qu'en première instance mais pas de prison

En première instance, le 7 septembre 2011, le jeune homme avait été condamné par le tribunal correctionnel d'Angoulême à deux mois de prison avec sursis et un euro de dommages et intérêts pour chaque partie civile. Le Syndicat de l'édition vidéo numérique, la Fédération nationale de distributeurs de films et six majors hollywoodiennes (Columbia, Disney, Paramount, Tristar, Twentieth Century Fox et Warner) qui s'étaient portées partie civile, avaient fait appel. Elles réclamaient 972 943 euros de dommages et intérêts pour contrefaçon.
Vendredi, la cour d'appel de Bordeaux a condamné Kevin Hanon à leur verser
un total de 9 304,84 euros, répartis entre les parties civiles. L'avocate de K. Hanon a qualifié la décision de « satisfaisante », mais s'est interrogée sur le calcul du montant des dommages et intérêts.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Megaupload : le mandat de perquisition chez Kim Dotcom, finalement jugé légal
L'usage personnel et intensif de l'Internet au travail reste une faute
Un des co-fondateurs de The Pirate Bay voit son emprisonnement prolongé
Le Hobbit, film le plus piraté en 2013
Affaire Dieudonné, Fleur Pellerin rappelle que le racisme en ligne est condamnable
La géolocalisation de mobile par la police sera encadrée par la loi en 2014
Guerre des brevets : Apple l’emporte face à Samsung en Corée du Sud
Le contrôleur imposé à Apple dans l’affaire des ebooks lui coûte trop cher
Le PDG d'Orange va demander l'annulation de sa mise en examen
Données privées: Google "pactise" avec 38 Etats américains en payant une amende
La géolocalisation de suspects par la police doit être encadrée par un juge
Facebook : 20 millions de dollars à payer pour usage litigieux de données privées
Quatre opérateurs mobiles attaquent Orange et SFR en justice
Tweets antisémites : Twitter a livré des données à la justice française
Baromètre Hadopi : les usages illicites progressent légèrement
Ebooks, Apple a été reconnu coupable d’entente illicite sur les prix
Apple défendait cette semaine Siri contre une plainte pour violation de brevet
Lutte antipirate : l’industrie du cinéma attaque les géants du Net en justice
Données Megaupload effacées : Kim Dotcom prépare une action en justice
Le piratage se porte toujours aussi bien en France