En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

Le cyber-harcèlement ne concerne plus seulement les ados

De plus en plus d'adultes subissent des pressions ou voient des éléments de leur vie privée dévoilés sur le Net, quand ce ne sont pas des mensonges. La vengeance aussi a pris le virage de la technologie.

laisser un avis
Médisance, divulgation de photos ou de messages personnels... Désormais, les adultes aussi sont victimes de cyber-harcèlement révèle une récente enquête du spécialiste de la sécurité, McAfee. De fait, certaines personnes utilisent régulièrement Facebook, Twitter ou YouTube pour intimider ou harceler un rival, un collègue de travail ou une ex petite amie.
L’enquête a ainsi montré que 10 % des Américains ont reçu des cybermenaces de la part d’un ancien partenaire amoureux. Et 60 % d’entre eux ont vu des photos ou e-mails « sensibles » diffusés en ligne. La vengeance étant la principale motivation de leur cyberharceleur. « La technologie peut être le reflet du meilleur d’une relation mais aussi du pire d’une rupture », explique Robert Siciliano, analyste sécurité au sein de McAfee à USA Today. Mais le harcèlement virtuel peut démarrer avant la rupture ! Ainsi 56 % des sondés admettent surveiller leur conjoint sur les réseaux sociaux tandis que 49 % lisent parfois les e-mails de leur partenaire.
Les relations de travail ne sont pas épargnées. Une enquête menée en janvier 2013 par AVG Technologies indiquait que la prolifération des médias sociaux pouvait nuire à la protection de leur vie privée. Ainsi 10 % des personnes interrogées avaient découvert des conversations à leur sujet sur la Toile et 11 % avaient même eu certaines de leurs photos privées divulguées.
Aussi, pour ne pas se retrouver victime d’un tel harcèlement, les deux sociétés donnent des conseils de bon sens : faire attention à ce que l’on met en ligne et bien lire les paramètres de confidentialité pour limiter au maximum l’accès à des données sensibles. Cela évitera de donner des munitions aux cyberharceleurs.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
Heartbleed : que faire face à la faille de sécurité qui fait mal au coeur ? (vidéo)
Un second bug de Chrome permet d’écouter les conversations de ses utilisateurs
Trois minutes pour transformer une application Android en malware
Cybersécurité, 2013 a vu une explosion des vols de données à grande échelle
Les objets connectés seront le nouveau paradis des malwares
Etude Juniper et Rand : portrait détaillé du marché noir de la cybercriminalité
Google Glass : leur premier spyware prend des photos toutes les dix secondes
La protection des contenus 2.0 est arrivée
Le monde connecté de demain doit-il être centré sur la personne ou sur les objets ?
Des Anonymous, partis à l’assaut d’une banque, hackent le mauvais site…
La guerre de l’authentification est déclarée
La Snecma aurait été la cible d’une attaque du type point d’eau
Cybersécurité : il n’y a pas que la LPM dans la vie…
Valve ne vous espionne pas, il cherche à évincer les tricheurs
Kickstarter hacké, les données des utilisateurs ont été compromises
Google achète SlickLogin, une start-up qui sécurise les accès au Net par le son
La journée des victimes alerte sur les dangers d’Internet