En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Les enfants français parmi les mieux cyberinformés au monde

Une étude Microsoft, publiée ce jour, montre que les enfants français sont plutôt mieux armés et moins exposés que les autres à la cyberintimidation sous toutes ses formes...

laisser un avis
A en juger par les échecs d’Hadopi et le relatif manque d’intérêt du public pour les problématiques de sécurité, on pourrait penser que les parents français autant que leurs enfants ne sont pas très au fait des menaces d’Internet et des comportements négatifs pratiqués en ligne. L’étude publiée ce 26 juin 2012 au matin par le TrustWorthy Computing Group de Microsoft tend pourtant à démentir cette impression.

Les Français sont moins exposés

L’étude se veut uniquement quantitative et ne fait pas de différence dans le degré de gravité de la cyberintimidation. Elle repose uniquement sur le sentiment déplaisant perçu par les enfants.
Si 72 % des enfants de 8 à 17 ans affirment avoir été, d’une manière ou d’une autre, victime d’une forme d’intimidation (mauvais traitements, moqueries, être traités de noms déplaisants), seuls 23 % affirment l’avoir été « en ligne » alors que dans les 25 autres pays couverts par l’enquête, en moyenne, 37 % des enfants reconnaissent avoir vécu une expérience en ligne déplaisante. La France est ainsi l’un des trois pays au monde où les enfants sont le moins victimes de cyberintimidation.
agrandir la photo

Des perceptions contradictoires

Reste à savoir pourquoi. Nos enfants sont-ils moins exposés ou leur perception des choses négatives est-elle différente ? Certains autres éléments de l’enquête permettent de se faire une petite idée.
Si l’on en croit les enfants français, eux-mêmes, ils se prétendent plutôt moins bien informés des risques en ligne : seuls 54 % des enfants affirment être informés des risques de cyberintimidation, ce qui est légèrement moins que la moyenne mondiale (57 %). Toutefois, ce score grimpe à 65 % sur la seule tranche des adolescents (13-17 ans), celle qui est justement la plus encline à des menaces en ligne (la tranche 8 à 12 ans étant essentiellement victime, à 76 %, d’intimidation hors ligne).
Parallèlement, seuls 48 % des enfants français se disent inquiets des risques d’intimidation liés à Internet, contre 54 % des enfants en moyenne mondiale.

Un enseignement présent

Pourtant, l’étude tend à montrer que la perception des enfants ne reflète pas la réalité. Car les enquêteurs ont aussi demandé à nos chérubins qui les avaient informés de ces problématiques liées au cyberespace. Et, là, la France fait plutôt bonne figure. 25 % des enfants affirment qu’il existe à l’école des règles formelles autour de la cyberintimidation contre seulement 23 % en moyenne mondiale. Mieux encore, en matière d’éducation, la France est le troisième pays au monde (et le premier d’Europe) à offrir une information sur ces problématiques aux enseignants, aux parents et aux enfants (65 % des écoles le font alors qu’elles ne sont que 37 % à l’échelon mondial). De même, 53 % des parents auraient explicitement enseigné les bonnes façons de se comporter en ligne à leur progéniture. Par ailleurs, 51 % des parents surveilleraient l’utilisation faite de l’ordinateur. Bref, si nos enfants se sentent moins inquiets et moins menacés, cette éducation y est probablement pour quelque chose.
Reste qu’ils ne sont pas pour autant plus disciplinés : 24 % des enfants reconnaissent avoir, d’une manière ou d’une autre, cherché à intimider un camarade en ligne, un score identique à la moyenne mondiale. On peut aussi, c’est vrai, en déduire que nos chères têtes blondes ne sont pas pires que les autres !
L’étude complète est accessible ici.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Des photos de Jennifer Lawrence à la protection de l’entreprise, quelles réactions avoir ?
Consolidation dans la sécurité : Morpho rachète Dictao
Le big data et la sécurité : plus de données... plus de problèmes
Les drones, le nouveau cauchemar des départements informatiques ?
Quel est votre vecteur d’attaque préféré : PDF, Word ou ZIP ?
01netTV raconte... la Freebox (vidéo)
Lookout lève 150 millions de dollars pour s’attaquer aux grandes entreprises
L’essentiel du Patch Tuesday de juillet 2014
Rester connecté en vacances
Ceintures de sécurité et crash-test : des modèles pour la sécurité de l’information ?
Louis Pouzin (pionnier d’Internet) : « je n’ai ni smartphone ni tablette » (vidéo)
Les nouveaux types de failles (et comment essayer de les contrer)
Ingenico se prépare à racheter GlobalCollect pour 820 millions d'euros
Les agences gouvernementales de sécurité, nécessairement schizophrènes ?
L’entreprise, invitée surprise de la conférence Google I/O
L’antivirus : 25 ans déjà
iOS 8 : Apple met la sécurité au cœur de ses annonces
Quand la sécurité devient éco-responsable
Piratage : Ebay, Orange, Target... A qui le tour ? (vidéo du jour)
BYOD 2014 : quelles avancées après 4 ans de buzz ?