En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

L'œil du photographe : Eric Bouvet et le Fujifilm X-Pro 1 (1/2)

Dans cet entretien en deux parties, le photojournaliste Eric Bouvet nous explique pourquoi il a décidé de troquer ses reflex pour le premier appareil hybride de Fujifilm, le X-Pro 1.

laisser un avis
agrandir la photo

Cinq prix Worldpress à son actif, des centaines de reportages couvrant aussi bien des guerres lointaines que la chute du mur de Berlin : Eric Bouvet est un des grands noms du photoreportage français, un de ces rares rescapés de l'âge d'or du photojournalisme qui continue à vivre – de plus en plus difficilement – de son métier. Alors lorsqu'une telle signature annonce sur sa page Facebook qu'il s'est équipé d'un X-Pro 1 de Fujifilm, les questions se bousculent au portillon. Mais plutôt que de partir de spéculations en suppositions, nous avons contacté Eric Bouvet pour avoir ses réponses.

A la veille de s'envoler vers le Maroc pour le prestigieux hebdomadaire allemand Stern (l'équivalent de Paris-Match en France), il nous confie ses attentes vis-à-vis de ce nouveau boîtier mais aussi son regard sur la technique et la place de la photo dans l'actualité. Et dès son retour, il partagera avec nous dans un prochain article sa première expérience pro avec ce boîtier un peu spécial.

01net : Avant de vous équiper du Fujifilm X-Pro 1, avec quel appareil travailliez-vous ?

Avec les troupes françaises en Afghanistan en 2008
© www.ericbouvet.com
Avec les troupes françaises en Afghanistan en 2008
agrandir la photo
Au début des années 80, j'ai travaillé avec des Nikon F2. Je trimballais deux appareils chargés en couleurs et deux appareils en noir et blanc : si on ajoute à cela les optiques et tout le barda, on était chargés ! Je n'ai aucun passé avec Fujifilm puisque je préférais les pellicules Kodak avec le rendu moins contrasté, plus neutre.
Avant le X-Pro 1, j’utilisais des Canon EOS 5D Mark II qui offraient, selon moi, le meilleur rapport qualité/prix. Pour des projets plus personnels, j'utilise une chambre argentique, mais l’argentique n’est pas adapté au rythme du news.

01net : Pourquoi ce choix ?

Après des années à trimballer des kilos de matériel, j'étais à la recherche d'un appareil plus compact et plus léger que mes 5D Mark II mais capable d'offrir la même qualité d'image. J'ai travaillé au Leica auparavant et j'aime ce format discret et compact : pour mes reportages, j'ai besoin de passer inaperçu, de ne pas interférer et de ne pas gêner.

01net : Alors pourquoi pas un Leica ?

Kaboul détruite, Afghanistan
© www.ericbouvet.com
Kaboul détruite, Afghanistan
agrandir la photo
Le Leica M9 est trop cher (Ndlr : 5 500 € le boîtier nu). Et si les résultats sont bons à 200 ISO, cela devient moins bon à partir 800 ISO. J'ai besoin de meilleures performances en termes de montée en ISO et je dois m'équiper avec un matériel à un prix plus raisonnable. Le contexte est très dur pour les professionnels, entre la popularisation de la photo - et le nivellement par le bas - et la baisse des budgets de la presse, l’argent est le nerf de la guerre. Pour moi, le Leica M9 est un bijou pour les fortunés.

01net : L'absence de zoom n'est-elle pas un handicap ?

Pas du tout ! Vous savez, j'ai 50 ans passés et j'arrive à un âge où on se rend compte qu'on a besoin de rien ou du moins de pas grand-chose. Je travaille uniquement avec des focales fixes : essentiellement avec un 35 mm et un 50 mm. J'ai bien un 28 mm pour les plans larges et un 85 mm pour les portraits mais ils sont au fond du sac. Quand je veux un autre cadre je bouge, je cherche un autre angle.

01net : Notre test a pointé plusieurs défauts, notamment un autofocus perfectible...

Un combattant anti-Kadhafi, Libye, 2011
© www.ericbouvet.com
Un combattant anti-Kadhafi, Libye, 2011
agrandir la photo
Mais aucun appareil n'est parfait et comparé au X100, Fujifilm a déjà fait pas mal de progrès ! Au début de ma carrière, on emportait plusieurs appareils parce qu'il y avait la limite de la pellicule. On rêvait de zoom 28-70 mm et 70-200 mm, d'autofocus, de sensibilités supérieures à 400 ISO, etc. Et aujourd'hui, tous nos rêves sont devenus réalité ! Les appareils sont tellement bons qu'ils font tous seuls les photos ! Ça ne fait pas le cadre, ça ne remplace pas l'enquête, le travail, le temps investi mais les images sont techniquement (exposition, etc.) excellentes. Si l'autofocus de l'appareil n'est pas le meilleur du monde, ce n'est pas grave puisque je le sais : je fais avec, je m'adapte. Il me suffit de connaître mon appareil. C'est comme travailler avec les focales fixes : les limites poussent à se surpasser, à soigner le travail.

01net : Pour ce premier reportage, vous êtes parti avec un autre appareil par sécurité ?

Pas du tout ! J’ai acheté deux boîtiers X-Pro 1 - au cas où il y en ait un qui tombe en panne -,les trois optiques disponibles, deux batteries supplémentaires, des cartes mémoire et c’est tout. J’aurais préféré un 35 mm plutôt que le 28 mm (18 mm F2 en focale nominale), un peu trop large à mon goût, mais je sais qu’il sortira l’an prochain. Avec le 28 mm et le 50 mm (35 mm F1.4), je couvre l’essentiel de mes besoins, et le 90 mm (60 mm F2.4) me servira peut-être pour les portraits.
Deux boîtiers et deux-trois optiques pour aller sur le terrain et Adobe Lightroom pour éditer et développer mes RAW sur mon ordinateur, je n'ai besoin de rien d'autre.

Rendez-vous la semaine prochaine pour lire le retour d’expérience d’Eric Bouvet sur le X-Pro 1.

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Nokia présente OZO, sa première caméra de réalité virtuelle
Samsung confirme un événement pour le 13 août prochain
Pour le père de l'iPod, les Google Glass ont autant de potentiel que l'iPhone
Intel : ses nouvelles puces Skylake garantiraient 30% d’autonomie en plus
Lenovo Vibe Shot, Asus ROG G751... le top 5 des tests de la semaine
Microsoft : les prochains Lumia haut de gamme se dévoilent en détails
Apple : près de 3 millions de Watch vendues pour 1,4 milliard de dollars de revenus
Les prochaines Google Glass seront plus solides, résistantes à l’eau et pliables…
Premiers tests : le nouvel iPod touch est vraiment plus puissant
Kickstarter : quatre projets qui rechargent vos smartphones sans prise électrique
Samsung Galaxy Tab S2 : de nouvelles tablettes ultralégères avec cerclage en métal
Sony HX90v, MSI Cubi, Jabra Sport Coach... le top 5 des tests de la semaine
3 claviers gaming à moins de 200 euros pour jouer tout l'été
Samsung Gear A, voici les spécifications détaillées de la future montre connectée
Apple met à jour son iPod touch, tout en couleur, puissance et légère hausse de prix
Commodore, le père du C64 et de l’Amiga, revient… avec un smartphone sous Android
AMD Radeon Fury, l'autre nouvelle carte 3D haut de gamme d'AMD se montre
GoPro Hero 4 Session, Sony KDL-65W855C, Leica M Monochrom... le top 5 des tests
Dossier : nos 15 produits coups de coeur de la mi-2015
Galaxy Note 5 et Galaxy S6 Edge Plus: Samsung mise sur les phablettes