En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Les avertisseurs de radars déclarés hors la loi

Qu'il s'agisse de boîtiers spécialisés ou d'applications pour smartphones, les dispositifs d'alertes de radars seront bientôt interdits en France.

laisser un avis
Ils sont concurrents directs depuis des années. Les voici unis dans la pire des situations. Les patrons des trois grands fournisseurs d'avertisseurs de radars – Coyote, Wikango et Inforad – se réunissaient ce mercredi 11 mai après-midi pour trouver une parade à ce qui constitue pour leur activité une grosse tuile : l'interdiction pure et simple des avertisseurs de radars.
Un peu plus tôt dans la journée, le Comité interministériel de la sécurité routière, présidé par le premier Ministre, François Fillon, avait annoncé une série de mesures destinées à « lutter contre l’augmentation de la mortalité routière ». Parmi ces mesures, beaucoup consistent en un durcissement des règles en vigueur (sanctions accrues en cas d'alcoolémie, etc.).
Mais la grande nouveauté, c'est l'interdiction des avertisseurs de radars. Les nouvelles mesures prévoient jusqu'à 1 500 euros d'amende et le retrait de 6 points pour la possession de ce type de matériel. Faut-il en être surpris ? On vous l’annonçait déjà en octobre 2010, lors du Mondial de l’automobile de Paris, les avertisseurs de radars étaient dans la ligne de mire des pouvoirs publics
Ces derniers indiquaient même en février dernier que, si le taux de mortalité sur les routes ne baissait pas au cours des mois suivants, tous les dispositifs visant à déjouer les limitations de vitesse seraient interdits. Nous avions interrogé certains constructeurs qui, à l'époque, n’y croyaient pas beaucoup.

Coyote System réagit

Aujourd'hui, c'est évidemment une toute autre affaire. Fabien Pierlot, président de Coyote System, a été le premier à s’exprimer : « Nous sommes surpris par cette décision incompréhensible (…) Nous allons être 2,5 millions à nous défendre. » Ces 2,5 millions correspondraient, selon les données mises en ligne par Coyote, Wikango et Inforad, aux utilisateurs de boîtiers concernés par la décision du gouvernement.
Ne sont pris en compte que les possesseurs de matériels (type Mini Coyote Plus, Wikango Max  ou Inforad CI) permettant de signaler des radars mobiles en temps réel par le biais d’une communauté. Il faudrait donc y ajouter les utilisateurs d'avertisseurs standards, non connectés, fonctionnant grâce à une simple base de données. Et qu'en sera-t-il des GPS utilisés essentiellement pour le guidage, mais qui comportent dans leurs bases de données la situation géographique des radars ? 
Chez TomTom et Garmin, on ignorait encore dans le courant de l'après-midi si les GPS de la marque doivent être expurgés de leurs bases de radars ou même si ce type de produit est concerné.

Sanctions alourdies pour l'usage d'écran vidéo au volant

Les sanctions pour conduite d’un véhicule avec un « appareil à écran en fonctionnement dans le champ de vision du conducteur » (autres qu’aide à la conduite et à la navigation, type GPS) seront aggravées : retrait de 3 points et amende de 1 500 euros (contre aujourd’hui 2 points et 135 euros). Les contrevenants s’exposeront aussi à la saisie de l’appareil à écran. Sont ici visés les chauffeurs de poids-lourds qui seraient tentés de regarder des vidéos en conduisant…

Lecteurs de 01net., n'hésitez pas à donner votre avis. Plusieurs réponses peuvent être cochées et les résultats sont immédiatement affichés.

L'interdiction des avertisseurs de radars, c'est : (Sondage clôturé)
Résultats du sondage :
- une bonne mesure pour sauver des vies  3.92%  (1,103 votes)  
- une mesure techniquement irréalisable  15.63%  (4,398 votes)  
- une mesure qui ne va pas améliorer la sécurité  30.86%  (8,684 votes)  
- une simple source supplémentaire de revenus pour l'Etat  47.17%  (13,273 votes)  
- Autre :  2.41%  (679 votes)  
Nombre de votes : 28137
Plus d'articles sur l'interdiction des avertisseurs de radars.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Radars : les avertisseurs vont devenir des assistants à la conduite
Que pensez-vous de l'interdiction des avertisseurs de radars ?
Des radars « pédagogiques » pour remplacer les avertisseurs
Caméra cachée : on a voulu acheter un avertisseur de radars
Avertisseurs de radars : le gouvernement va-t-il faire marche arrière ?
Avertisseurs de radars : le député UMP Franck Marlin juge les citoyens « bafoués »
La lettre-pétition diffusée par les fabricants d'avertisseurs de radars
Avertisseur de radars : les détails du projet d’interdiction
Interdiction des avertisseurs de radars : qu'en pensent les automobilistes ?
Avertisseurs : les fabricants dénoncent des décisions prises au radar
Les avertisseurs de radars bientôt illégaux !
L’interdiction des avertisseurs de radars en six questions
La carte des radars fixes déjà retirée du site de la Sécurité routière
TEST : Inkcase, la coque iPhone à écran e-ink dont on ne veut pas, même gratuite
Comparatif permanent du 01Lab : les mini enceintes nomades
Carl Pei, OnePlus : «on travaille 14 heures par jour pour faire du One un succès»
Shield Tablet : nos premières impressions sur la tablette gaming de Nvidia
Samsung et LG lancent tous deux des télés à plus de 100 000 dollars
Comparatif permanent du 01Lab : les disques SSD à moins de 200 euros