En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

(Mise à jour) Spock, le moteur qui vous renseigne sur les gens

Le moteur de recherche spécialisé sur les individus est accessible en version bêta depuis aujourd'hui, mercredi.

laisser un avis

Mise à jour (8 août 2007)

Après plusieurs mois de développement, Spock, le moteur de recherche spécialisé sur les individus vient d'ouvrir au public en version bêta (et en anglais uniquement). La fonction de recherche est accessible à tous les internautes, sans inscription préalable. Il suffit de renseigner le nom d'un individu et éventuellement d'affiner la requête avec son âge, son sexe et son origine géographique.

Spock offre aussi la possibilité de rechercher des individus à partir de mots-clés comme ' french politician ', qui remonte alors une liste des politiciens français (Nicolas Sarkozy en tête). Chaque profil apparaît sous forme de fiche renseignée d'une photo, de tags (mots-clés) censés décrire l'individu, et d'une liste de proches. Cecilia Sarkozy et Anne Fulda (qualifiée de ex-petite amie) sont ainsi associées à Nicolas Sarkozy.

Si l'accès à la recherche de base est accessible à tous, Spock invite les utilisateurs à s'inscrire afin de profiter de fonctions supplémentaires. Cela leur permet d'affiner leur propre profil mais aussi de participer à l'amélioration du service en ajoutant des tags aux individus pour mieux les qualifier (par exemple, footballeur, amateur de cigares...). L'objectif est d'améliorer la pertinence du moteur, mais il n'écarte pas les risques de dérapages. Exemple : le mot ' hypocrite ' qui figure dans la liste des mots-clés associés à Nicolas Sarkozy.

On peut évidemment imaginer bien pire même si Spock a mis en place un système d'autorégulation à travers la participation collective des internautes censés corriger les erreurs. Spock promet aussi qu'il retira tous les profils des utilisateurs qui en feront la demande. On dira que c'est un minimum...

Première publication le 21 juin 2007
Spock, le moteur qui vous renseigne sur les gens
Ce service fait partie de cette nouvelle génération de moteurs spécialisés dans la recherche d'information sur les individus. Entretien avec son PDG, Jaideep Singh.
On estime que 30 % des recherches sur Internet ont pour objet une personne. En anglais, ' googler quelqu'un ' est passé dans le langage de tous les jours. Espérant surpasser Google, plusieurs start-ups cherchent à investir le marché de la recherche de personnes et se spécialisent déjà : ZoomInfo recherche des contacts professionnels, UpScoop se concentre sur votre carnet d'adresses pendant que ProfileLinker, Streakr et Wink écument les réseaux sociaux.
Spock est un des nouveaux venus les plus prometteurs. Actuellement en phase de test privé, il promet d'être en ligne dans les prochaines semaines avec 100 millions de profils d'individus. Rencontre avec son CEO, Jaideep Singh, dans ses bureaux de Redwood City, près de San Francisco.

<i>01net. :</i> Quels sont les besoins en matière de recherche de personnes ?
Jaideep Singh : Cela peut avoir un but utilitaire, mais nous faisons aussi des recherches sur des gens par curiosité ou pour nous amuser. Spock n'aurait pas pu exister il y a trois ans car il n'y avait pas assez de matière disponible sur le Net. Ces dernières années, les gens ont laissé beaucoup d'informations sur eux-mêmes dans beaucoup d'endroits. Nous pensons qu'il y a un besoin d'organiser et de présenter ces informations sur les gens. Ce que Google est à la recherche de sites et ce qu'Amazon est à la recherche de produits, nous voulons l'être pour la recherche sur les personnes.

Cela permet de retrouvrer des informations personnelles que les gens n'aimeraient pas forcément voir ressortir...
L'intérêt de Spock n'est pas de fouiller dans le passé des gens, mais plutôt de s'intéresser à ce qu'ils ont rendu public sur eux-mêmes. Par exemple, beaucoup de personnes ouvrent leur site Web pour mettre en ligne des photos d'eux-mêmes et de leur famille. Un cabinet d'avocats publie sur sa page ' About us ' [à propos de nous, NDLR] des informations sur ses associés. Spock est capable d'exploiter tout cela. Je vous donne un exemple : j'ai une page dédiée sur Spock, j'en ai une autre sur Friendster [le réseau social, NDLR] et enfin, je figure sur la liste des conférenciers publiée sur le site de cette conférence. Spock est capable de trouver ces pages et de les mettre en relation.
Comment vous y prenez-vous ?
Nous sommes une couche au-dessus des autres moteurs de recherche et nous avons des API [programmes d'interfaçage, NDLR] avec eux. L'indexation se fait par des spiders, des crawlers et des bots sur un grand nombre de sites. Notre technologie efface les pages qui ne sont pas pertinentes comme celles où une personne prétendrait être Superman. Ensuite, nous donnons des tags [des mots-clés, NDLR] aux pages. Au lancement, nous aurons 100 millions de profils d'individus, mais nous avons déjà indexé 400 millions de profils. Nous avons commencé avec des célébrités pour entraîner l'algorithme. Pour l'instant, 75 % des profils concernent des Américains.
Comment fait-on une recherché sur Spock ?
Sur Google, on fait une recherche par nom. Avec Spock, on recherche aussi des attributs. Si vous tapez ' démocrate ', notre algorithme va ramener des résultats basés sur le nombre de fois où ce mot-clé apparaît pour une personne. Par exemple, vous pouvez chercher ' employé de Google ' et obtenir une liste de personnes. Une autre fonction est de collecter les personnes dans votre carnet d'adresses et faire une recherche sur elles. Ensuite, vous pouvez demander à Spock : ' Qui dans mon réseau est un capital-risqueur ou un golfeur dans la région de San Francisco ? '
Comment présentez-vous l'information ?
La personne est présentée avec une série de tags. Chaque utilisateur peut voter oui ou non sur les tags ou en ajouter d'autres plus pertinents. En dessous, nous présentons une liste de sites relatifs à la personne. Il y a une section avec des photos sur lesquelles les utilisateurs peuvent aussi voter. Enfin, nous présentons les personnes associées, par exemple des membres d'une même famille.
Que pouvez-nous vous dire sur la compagnie Spock ?
Nous sommes vingt0 à Redwood City et six en Inde. Nous avons lancé la compagnie en mars 2006 et nous avons des conseillers business et technologie très éminents, dont beaucoup de l'université de Stanford. Depuis environ deux mois, nous avons des dizaines de milliers de testeurs. Notre modèle est celui de la publicité.
Spock n'est pas la seule société sur ce créneau de la recherche sur les individus.
Oui. Mais les autres sont de petites compagnies dont les efforts ne sont pas à la même échelle. ZoomInfo ne compte pas s'étendre vers la recherche pour les consommateurs, Wink n'a pas autant de technologie. Nous avons une longueur d'avance sur Google. Ce sera dur de nous rattraper.
agrandir la photo
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'enquête du FBI sur les fuites autour de Stuxnet menace libertés et transparence
Plaidoyer pour un renouveau du numérique en France
Un Mondial en demi-teinte
Audi MMI GPS Advanced : le top des systèmes de navigation embarqués
Clarion NX302E : un pack multimédia complet et abordable
Mercedes Comand Online : l’étoile revient dans la course
Volkswagen maps+more : GPS amovible et coach d’écoconduite
Citroën eMyWay / Peugeot WipNav
Renault Carminat TomTom Live : Renault Carminat TomTom Live le meilleur système d’informations trafic
Ford GPS Le multimédia pour tous
Le salon de tous les paradoxes
Dacia, la star du Mondial ?
Les caméras GoPro se mettent à la 3D
L’application d'alerte aux flashs d'Inforad débarque sur iPhone
Les utilisateurs d’avertisseurs de radars n’ont pas grand-chose à craindre
La technologie se démocratise
Au Mondial, le luxe fait toujours recette
Les électriques et les hybrides font enfin rêver
L’interface multimédia d’Audi accède désormais à Facebook
Nvidia présente les tableaux de bords du futur