En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Business

Gandi et ses noms de domaine sont à vendre

Fondé en 1999 par Laurent Chemla et Valentin Lacambre, le gestionnaire de noms de domaine Gandi est à vendre. Mais, face au prix demandé, certains acquéreurs potentiels ont déjà renoncé.

laisser un avis
Au printemps 2000, la France s'éveillait encore lentement à Internet. A cette époque, Laurent Chemla, l'un des quatre fondateurs du gestionnaire de noms de domaine (registrar) Gandi, prenait la plume dans les colonnes du Monde pour une bien singulière confession : ' Je suis un voleur. Je vends des noms de domaine. Je gagne beaucoup d'argent en vendant à un public qui n'y comprend rien un simple acte informatique qui consiste à ajouter une ligne dans une base de données. '
Cinq ans plus tard (fortune faite ?), la société qu'il avait créée avec Valentin Lacambre, Pierre Beyssac et David Nahmias truste la première place du marché français, grâce à des prestations assez compétitives (noms de domaine à 12 euros hors taxes). Mais Gandi est à vendre. Car ceux qui se rêvaient en hérauts d'un Internet libertaire ont, semble-t-il, mal vécu le passage à une économie de marché. ' Les dissensions entre les quatre actionnaires de départ sont trop importantes pour que l'entreprise poursuive son chemin en l'état ', a déclaré au quotidien économique Les Echos Laurent Chemla, les profits réalisés par la société étant jugés ' illégitimes ' par deux des quatre fondateurs.
Résultat, le dossier de la vente de Gandi a été confié au cabinet d'avocats Bersay & Associés. Mais les exigences financières sont pour l'heure tellement importantes qu'elles auraient déjà découragé plus d'un acquéreur potentiel. ' Au prix évoqué [on parle de 12 à 13 millions d'euros, NDLR], nous ne sommes pas intéressés. C'est trop cher, confie Octave Klaba, directeur technique du registrar OVH (également hébergeur de 01net.). De plus, si l'on reprend une société comme Gandi, il faut avoir une vision claire de ce que l'on entend faire avec. Et ce n'est pas chose facile, tant le succès de Gandi est attaché à son positionnement marketing et à la personnalité de certains de ses fondateurs. '
A l'initiative de ses cofondateurs, dont Valentin Lacambre (à l'origine de la création de FIL, Fédération Internet et libertés), Gandi soutient en effet certains pans de l'Internet solidaire et coopératif, comme l'hébergeur Gitoyen. Et nul ne sait ce quil adviendra de ces actions avec le nouveau repreneur.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'enquête du FBI sur les fuites autour de Stuxnet menace libertés et transparence
Plaidoyer pour un renouveau du numérique en France
Un Mondial en demi-teinte
Audi MMI GPS Advanced : le top des systèmes de navigation embarqués
Clarion NX302E : un pack multimédia complet et abordable
Mercedes Comand Online : l’étoile revient dans la course
Volkswagen maps+more : GPS amovible et coach d’écoconduite
Citroën eMyWay / Peugeot WipNav
Renault Carminat TomTom Live : Renault Carminat TomTom Live le meilleur système d’informations trafic
Ford GPS Le multimédia pour tous
Le salon de tous les paradoxes
Dacia, la star du Mondial ?
Les caméras GoPro se mettent à la 3D
L’application d'alerte aux flashs d'Inforad débarque sur iPhone
Les utilisateurs d’avertisseurs de radars n’ont pas grand-chose à craindre
La technologie se démocratise
Au Mondial, le luxe fait toujours recette
Les électriques et les hybrides font enfin rêver
L’interface multimédia d’Audi accède désormais à Facebook
Nvidia présente les tableaux de bords du futur