En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Trente nouvelles plaintes contre le fichage des élèves

Mis à jour le
Trente nouvelles plaintes contre le fichage des élèves
 

Le collectif Stop Fichage 13 a transmis au parquet de Marseille des plaintes de parents d'élèves. Ceux-ci dénoncent une atteinte à la vie privée par le fichier Base élèves.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • platon123
    platon123     

    bien dit "pasunbisounours": à force de voir des big brothers partout, on va finir par revenir à l'âge de pierre.

    J'aimerais rajouter plusieurs choses:
    - la base élèves est pour l'instant centralisée à Orléans mais, d'ici la fin de l'année, elle sera décentralisée dans chaque académie;
    - les données nominatives ne sont accessibles qu'à l'échelon départemental (inspection académique): Même le recteur ne peut avoir une liste d'élèves ! Alors, le ministère, encore moins ...
    - à partir du 30 avril, tous les accès ne pourront se faire qu'avec une clé "OTP", qui délivre un mot de passe aléatoire toutes les minutes: même les banques n'ont pas ce niveau de sésurité !
    - tordons le cou aux idées reçues: la très grande majorité des directeurs d'écoles apprécie cet outil ! Mais il semble qu'une minorité très communicante fasse toujours plus de bruit qu'une majorité silencieuse ...
    - enfin: pourquoi ne parle-t-on pas des autres bases telles que celles de la sécu, des préfectures, des mairies, des banques, ... qui contiennent des données Ô combien plus sensibles ???!!!

  • bipdan2
    bipdan2     

    Je prends note de vos arguments et ils me rassurent partiellement, seulement ce n'est pas exactement comme cela que le projet base éleve a initialement été déployé, il y avait bien plus d'information a renseigner et un pression folle a été mise sur les directeurs. Les parents pourtant responsables légaux n'ont pas eu leur mot à dire.

    D'autre part, cela mis en paralelle avec le texte de détection de la déviance au plus jeune age, nous amene rapidement a penser que cette base a avant tout été créée pour fliquer que pour aider les directeurs dans leur travail.

    Sinon personne ne remet en cause les difficultés que traverse l'EN, mais c'est il me semble un autre débat.

  • Belzébuthàquionapiquélepseudo
    Belzébuthàquionapiquélepseudo     

    Comment peut-on savoir ça avec ce fichier, puisque quelques lignes + haut, vous nous dites ce qui compose ce fichier (nom, adresse, etc) et que ce genre d'infos n'en fait pas partie ??

  • pasunbisounours
    pasunbisounours     

    bonjour,
    formateur informatique à l'Education nationale du premier degré, je suis en charge (entre autres) de la formation des directeurs à l'utilisation de Base élèves (Be1d).
    Avant de raconter n'importe quoi, ne vaut-il pas mieux se renseigner avant de véhiculer des inepties ?
    Dont acte.
    la fiche élève contient : nom, prénom, date de naissance, sexe, nationalité ("Français" ou Autre", pas plus, pas moins), département de naissance, adresse postale.
    On ajoute une fiche par responsable légal : 1 fiche pour la maman avec nom de jeune fille, prénom, civilité (mme, mle), adresse (on peut ajouter un tél si on a le temps ou si on pense que c'est utile pour éditer des listes qui faciliteront le travail du directeur); et 1 fiche pour le papa (civilité, nom, prénom, adresse, tél pareil).
    Voilà, c'est tout, pas plus qu'une simple inscription en mairie telle qu'elle devrait être faite; on ne demande même pas le livret de famille. Pour mémoire, d'après la loi, ce sont les communes qui inscrivent les enfants à l'école et pourtant ça fait des décennies que des directeurs et directrices se tapent un boulot qui ne leur incombe pas.
    Alors pour une fois que l'EN fournit un logiciel commun à ses employés, on va pas s'en plaindre (je ne vous parle pas des bases de données pourries sur des ordis pourris qui, quand ils lâchent, font perdre des heures de boulot aux directeurs qui auront le plaisir d'utiliser leurs vacances pour se refader la saisie...mais non, c'est vrai, ils glandent rien à l'Education nationale...)

    Ici, Be1d est une application en ligne sécurisée sur des serveurs à Orléans et bétonné contre les attaques (du moins, on l'espère). l'accès est sécurisé par identifiant/mot de passe remplacé petit à petit par clé OTP (Google est mon ami). c'est sûr qu'il y a besoin de ça pour une fiche d'un élève que n'importe qu'elle administration possède déjà depuis sa naissance, m'enfin...

    Et enfin, on aura un suivi des élèves. Et oui, un suivi. Le gros mot !
    Sauf que quand on pense à la pelletée de gamins inscrits sur 3 ou 4 écoles à la fois, les enfants du voyage et les élèves ordinaires qui quittent une école en cours d'année et bien, connaître leur parcours, permet aussi de perdre beaucoup moins de temps à faire des recherches et découvrir qu'au bout de 3 mois ledit gamin était bardé d'équipes éducatives avec un dossier grand comme le bras et qu'il est venu dans votre école se refaire une virginité (quand il ne disparait pas dans la nature).Sauf qu'il a déjà mis le feu à l'école et qu'il faudra attendre encore 6 mois pour redéposer des dossiers etc. etc.
    Mais c'est vrai, à l'Education nationale on n'en fout pas une ramée...
    j'lai déjà dit ?

    Bref, j'aimerai qu'on me cite ne serait-ce qu'une boîte en France ou dans le monde qui n'a pas de base de données de ses clients (je sais, les élèves c'est pas des clients, faut juste attendre un peu). Et bien jusqu'en 2006, l'EN était capable de cet exploit. Plusieurs centaines de milliers d'élèves à gérer avec des tableaux faits à la règle.
    Be1d n'est pas la panacée (loin de là) pour vraiment aider les directeurs dans leurs tâches au quotidien mais c'est un début d'harmonisation non négligeable.

    Et puis pendant qu'on parle de ça on ne parle pas :
    - des 108 h dans le primaire (en pus hein, pas l'horaire annuel, je vous venir...)
    - de l'aide personnalisée qui supprime des postes de profs spécialisés (z'avez pas intérêt à être en échec scolaire à la rentrée car il n'y aura plus du tout personne pour s'occuper de vous)
    - du recrutement en master 2 (gestion stricte des listes, 1 année de moins de formation, 1 année de moins de rémunération)
    - l'agence de remplacement ou des titulaires de licence pourront faire classe à nos bambins sans aucune formation préalable (z'avez fat droit ? allez zou, maternelle petite section !)

    L'EN va mal, et pas par ses employés. Faut être dedans pour comprendre et on y est jusqu'au cou.

    Quant à nicolibrepenseur, si tu veux une puce rfid, paye-toi un nabaztag.

  • nicolibrepenseur
    nicolibrepenseur     

    ca devient n'importe quoi l'heure est grave ficher les élèves dès leur plus jeune age pour tous savoir d'eux passion, centre d'interet... La démocratie n'existe plus

  • BilyBoy
    BilyBoy     

    Les outils ne sont que se qu'en font les utilisateurs... Il faudrait peut être commencer par ne pas voter pour n'importe qui....

  • BilyBoy
    BilyBoy     

    Je propose aussi de supprimer la base des numéro de sécurité sociale qui fiche tout les français depuis leur naissance jusqu'au moins à leur mort...

  • tafboy
    tafboy     

    La france n'est en se moment que tres peu representative des libertées individuelles et des droits de l'homme.
    En tant que "jeune" je pense que si une trentaine de fichiers d'information existes deja, c'est pour "controler" 7 jeunesse en detresse qui ne cesse de subir les effets de la crise.
    Controlons les pour qu'ils ne nous poses pas de problemes sup dans le futur.
    Bilan .........!

  • bipdan2
    bipdan2     

    Le fichier base éleve en l'état devrait etre stoppé. Trop d'infos qui n'ont rien a voir avec la pédagogie et l'enseignement y figure et l'interconnexion des bases de données au niveau nationale est dangereuse et comme pour hadopi la finalité n'a rien a voir a le but écrit sur le papier.

    Qu'un directeur renseigne une base au sein de son etablissement pour l'usage interne de l'établissement, cela est normal, utile, et à laisser a l'appréciation du directeur qui doit etre libre d'utiliser les outils dont il dispose. Que cette base soit inter connecté au niveau nationale et contienne des données dont rien ne garantit une utilisation raisonnable et utile à l'éducation de nos enfants et on glisse doucement vers le fichage généralisé (des 3 ans).

    De toute manière et tout comme pour hadopi, ce projet a été mené sans concertation, en faisant passé faussement le caractère obligatoire pour les directeurs d'adhérer au projet, en inscrivant des enfants dans des base de données sans laisser le choix ni meme prévenir les parents / tuteurs.

    Il faudrait donc soit completement revenir sur le projet, soit au moins en supprimer la BNIE (Base Nationale Identifiant Eleve) et en laissant les données concernant un établissement scolaire dans l'établissement et à la discrétion des responsables de l'établissement.

    Je ne suis pas enseignant mais quand je vois les dérives du moment en matière de flicage, il est temps de s'exprimer plus (pour perdre moins).

Votre réponse
Postez un commentaire