En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Procès pour contrefaçon à cause d'une revue de presse en ligne

Mis à jour le
Procès pour contrefaçon à cause d'une revue de presse en ligne
 

Le quotidien bourguignon Le Bien Public reproche à Dijonscope.com de lui prendre du trafic Internet à travers une revue de presse.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Gummy57
    Gummy57     

    S'ils ne veulent pas être iframés ils n'ont qu'à mettre une balise HTML pour l'interdire.
    1 ou 2 lignes de code et oupf fini, pas de procès, pas de news publiées non plus.

  • samidunord
    samidunord     

    Le groupe de presse Ebra est dans son droit et a tout à fait raison. Ce n'est pas le principe de la revue de presse qui est mis en cause. C'est la façon dont elle est réalisée et les fruits qui en sont récoltés. Dijonscope, c'est une certitude, tire profit des infos éditées par Ebra. Combien de journalistes (et autres administratifs, techniques, diffuseurs) au Bien Public et dans les autres journaux du groupe Ebra? Combien chez Dijonscope? Des milliers d'un côté et une poignée (1,2 ou 3 ?) chez Dijonscope? Est ce normal, sous prétexte de revue de presse, que d'autres que ceux, qui sont allés à la pêche aux infos et ont travaillé leur reportages, en tirent les bénéfices ? La réponse est non car tout travail mérite salaire. Si Dijonscope se veut un titre d'information, il n'a qu'à créer une rédaction locale et embaucher des journalistes. L'objectif de Dijonscope, comme d'autres titres de son type ailleurs en France, n'est pas d'informer mais de faire du blé sur le dos des entreprises de presse qui font travailler des locaux. C'est pire que du pillage. Dijonscope reprend une partie de l'article et se rémunère sur le travail des journalistes du Bien Public par le biais de bandeaux publicitaires. C'est de l'escroquerie. Imaginez la réaction des restaurateurs si on lui prenait ses recettes pour les « vendre » sur le net. Si on ne stoppe pas ce système, c'est la fin du travail salarié. Et dans le cas du Bien public, on peut voir plus loin : c'est la fin de la vraie information et le début de l'intox, celle des sites de fausses informations. Il est donc important que le législateur régule internet. Car si demain les vrais journaux mouraient, il y aurait péril dans la maison démocratie.

  • Arnaud Devillard
    Arnaud Devillard     

    Vous avez raison, il s'agit de l'affaire opossant M6 et le portail TV Replay: http://www.01net.com/editorial/517136/m6-accuse-tv-replay-de-parasitisme-sur-la-catch-up-tv/
    (et hop! un lien profond ;-))

  • nikon56
    nikon56     

    en effet, si il s'agissait juste de lien profonds ouvrant une nouvelle page directement sur l'article, pas de soucis a mon sens, a la rigueur même la page intermédiaire qui ne dévoile qu'un avant gout de l'article reste correcte.

    en revanche l'encapsulation dans une frame lors de l'ouverture de la totalité de l'article, non.

    donc seule cette partie trouve du sens selon moi.

    d'ailleurs pour les liens profonds, je suis prêt a parier que google news (par exemple) le fait également, mais pourtant ils n'attaquent pas google...

  • Réaction ...
    Réaction ...     

    Pareil qu'avec un site de catch-up TV contre M6, je crois, j'ai lu ça il y a quelques jours sur 01net.

    Par contre, pourquoi faire direct un procès, on ne peut pas faire un courrier et se parler au lieu de s'empoigner au tribunal ? De plus, ça surcharge les tribunaux pour pas grand chose, une histoire de 3 sous, alors qu'il y a des meurtres qui attendent d'être élucidés ...

  • bdbdf
    bdbdf     

    "les sites de journaux concurrents par des liens profonds, c'est-à-dire allant directement vers un contenu précis, « permettant d'éviter le passage par la page d'accueil »"

    Là c'est vraiment chercher la petite bête, parce que imaginons que je trouve un article intéressant sur 01net que je veuille le faire voir à d'autres, je métrais un lien allant directement vers le bon article et pas vers http://www.01net.com, parce que soit dit en passant pour retrouver un article d'il y a quelques semaines, n'est pas toujours très facile, même avec la fonction recherche.

    En fait, que l'on porte plainte pour le reste, ça peut éventuellement se justifier, mais pour les liens profonds, c'est comme si on connait le volume, la page exacte d'une encyclopédie, mais qu'on a le droit juste de diriger vers l'index.

    D'ailleurs, quand on donne un lien, qu'il amène juste à une page d'accueil d'un site, qui va se donner la peine de faire des recherches, surtout que sur certains sites c'est un pêle-mêle, avec toutes ces PUB, que personne ne s'en sort.

    Rien que la dernière fois, je cherchais l'adresse de contact mail du service technique de mon FAI, sur le site du FAI, il y avait d'autres liens, No téléphone etc... mais j'avais beau chercher, impossible de remettre la main sur le lien menant au formulaire E-mail pour décrire le problème....Heureusement qu'en tapant directement quelques mots clés sur Google, cela m'a amené directement au bon endroit, ce qui m'a permis de facilement faire corriger le problème gratuitement.

    Alors, que penser des liens profonds, heureusement qu'ils existent, parce que sinon je n'aurais toujours pas retrouvé mon chemin en utilisant les moyens du site de mon FAI, alors qu'avec Google, oui, ce qui est un comble quand on y pense.

  • fGZERQGTGHQHHS666666
    fGZERQGTGHQHHS666666     

    Mais c'est tout à fait légitime de vouloir engendrer des revenus via la pub. Et qu'est-ce que ça peut leur foutre d'avoir un bandeau et l'url devant leurs articles ?

    Il est bien plus facile pour nous, les internautes, de cliquer sur un lien et d'arriver directement sur un article bien précis.

Votre réponse
Postez un commentaire