En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le prix unique du livre électronique s'appliquera aux libraires étrangers

Mis à jour le
Le prix unique du livre électronique s'appliquera aux libraires étrangers
 

La commission mixte paritaire vient de valider cette disposition de la proposition de loi. Les distributeurs étrangers opérant en France devront donc respecter le prix fixé par les éditeurs.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Ze_Dwarf
    Ze_Dwarf     

    J'en suis à mon deuxième e-book depuis quelques années : cybook puis oyo, sympas, pas trop chers et ce sont de vrais liseuses, pas des tablettes.

    Et j'en suis à ... zéro achat de livre en France. C'est très simple : 30 euros pour les 2 tome de "Ca" de Stephen King (1987 hien) contre 10 $ environ en anglais.

    Non seulement la "production" en français est proche de zéro mais en plus les tarifs sont égaux et parfois plus élevés que la version papier.
    On ne me fera pas croire qu'en 2011 la conversion de livres qui existent forcément déjà au format informatique est couteuse ou complexe.

    Merci donc à nos élus qui détestent toujours autant internet et viennent de tuer un marché avant qu'il ne naisse vraiment.

    J'hésitais avec le Nook, mais ma décision est prise, le prochain sera donc un kindle importé et mon argent sera... exporté. Tant pis.

  • Abidos
    Abidos     

    @ fred7171
    C’est exact, mais c’est déjà le cas actuellement pour les livres papier (et tous les autres produits) : rien n’empêche de les acheter à l’étranger…

    @ sansfil2
    Le coût de production d’un livre ne comprend pas uniquement le coût d’impression, mais aussi les droits d’auteur, la marge accordée au distributeur (la grande majorité des éditeurs ne vend pas directement aux particuliers, mais passe par un distributeur, qui prend une marge d’environ 50% (parfois un peu moins, parfois bien plus) du prix public, avant de vendre aux libraires) et diverses autres charges de production (mise en page, relecture, etc.) pour faire simple. Le coût d’impression est minime par rapport au prix de vente. La responsabilité du prix pour le numérique ne dépend donc pas uniquement des éditeurs, mais aussi et surtout des distributeurs et autres intermédiaires. C’est d’ailleurs tout l’enjeu du numériques pour les éditeurs et les libraires…

    @ Photos73
    Non, Amazon n’achète pas à l’éditeur ! Amazon n’est « qu’un libraire », qui achète au distributeur. Et sa marge n’est pas forcément moins élevée : il est plus « gros » et a commercialement plus de poids, donc la remise qu’il négocie avec le distributeur est plus importante.
    En gros, le distributeur fait une remise au libraire sur celle qu’il a « acquise » sur l’éditeur.
    Exemple : prix public de vente d’un livre 20 €.
    Ce qui revient à l’éditeur : 10 €
    Ce qui revient au distributeur (en fonction de la remise accordée au libraire : 2 à 8 euros.
    Le reste, pour le libraire (et éventuellement le client si le libraire lui a fait la remise de 5%, soit 1 euro dans le cas présent).
    Pour le livre numérique, les distributeurs et les éditeurs appliquent actuellement des tarifs similaires au papier. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les tarifs des livres numériques diffèrent généralement assez peu (et vraiment pas assez à mon avis) des versions papiers.
    Et ce système va être difficile à changer car Amazon et Fnac, avec leur liseuse respective, tentent de calquer le mode de distribution du numérique sur celui du papier et de « monopoliser » le marché. Et pour que les prix puissent chuter raisonnablement pour le consommateur, il faudrait que ce dernier achète directement au libraire de quartier ou à l’éditeur. Et là, on entre plus dans un choix de consommation : les habitudes actuelles (achat chez Amazon, Fnac, etc.) vont être difficiles à bousculer.
    Vous avez raison sur un point : les éditeurs, les auteurs, les libraires et les distributeurs touchent globalement la même chose. Et le consommateur pie également le même prix… Cela vient aussi en partie du fait qu’à leur actuelle, une version numérique coexiste avec la version papier. Pour réellement limiter le coût de production (en admettant que l’on puisse déduire pour le numérique plus que le coût d’impression), il faudrait qu’une version numérique puisse exister seule… et c’est encore loin d’être le cas dans l’ensemble.

  • Photos73
    Photos73     

    Un truc que je ne comprends pas : les fichiers qu'ils vendront, par ex chez Amazon, il les achète bien à l'éditeur Français ? Il ne les duplique pas illégalement.
    Ils bénéficient du prix de "gros" et y ajoutent une marge inférieure à celle des distributeurs Français.
    Ça concurrence donc illoyalmement les distributeurs électroniques, pas les éditeurs ni les écrivains qui touchent de toute façon la même chose par rapport au "prix de gros" ?

    Je ne suis pas prêt à acheter un fichier livre numérique sans être sûr de pouvoir le recharger gratuitement le jour où mon disque dur tombe en panne dans 15 ans, voire plus (40, 60 ans). C'est pas du consommable jetable, un livre !

  • Belzébuthàquionapiquélepseudo
    Belzébuthàquionapiquélepseudo     

    Sur le lien vers "commission mixte paritaire" je ne vois que 2 noms, ok, c'est un homme et une femme, PS et UMP j'imagine, mais où est la parité entre les industriels, les maisons d'édition, les ayant-droits ?

  • sansfil2
    sansfil2     

    La politique du net continue en France. Simple pour acheter un livre, il faudra aller sur amazon.ca par exemple, quitte à passer par l'intermédiaire d'un proxy web pour masquer une IP française ... On nous fait encore croire que l'on veut "protéger la culture" alors qu'une fois encore on veut conserver les profits des grandes compagnies d'édition françaises sur des produits immatériels dont le coût est pour le moins limité par rapport à des versions papier (lobby quand tu nous tiens). Mais bon on commence à être habitué après les filtres apportés pour les sites de poker internationaux par exemple (besoin de sous-sous pour les impôts là!). La législation du net est quand même de plus en plus absurde (ah oui voire aussi hadopi qui oblige à garder l'accès aux "communications internet privées" après coupure du net ah ah ah !).

  • fred7171
    fred7171     

    Donc si j'ai bien compris un libraire étranger sera soumis au tarif français ?
    Je pense que vous voulez dire que google.fr ou amazon.fr seront soumis à cela. Mais si on passe par amazon.be ou amazon.uk on est plus soumis à ces contraintes no ? Car je vois mal la France faire de l'ingérence dans les économies des autres pays

Votre réponse
Postez un commentaire