En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Remous autour du prix unique du livre électronique

Mis à jour le
Remous autour du prix unique du livre électronique
 

L’Assemblée nationale a adopté le texte imposant un prix unique pour le livre électronique, comme c’est déjà le cas pour le papier. Cette loi ne concerne pas les multinationales comme Amazon ou Apple, d’où la colère des professionnels français.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • buzzman
    buzzman     

    qui dit qu'on veut vivre dans le capitalisme libéral? toi...

  • Palanril
    Palanril     

    Je ne suis pas certain qu'il faille le voir sous cet angle...
    Cependant, je suis un grand lecteur et j'ai une « liseuse ». J'achète de nombreux livres « papier » et je lis dans les transports leur version numérique.
    Je suis outré du prix du livre numérique, pour les raisons que vous citez (facilité de production, etc) et je trouverais normal que l'on puisse avoir pour une somme dérisoire (par principe) la version numérique avec la version papier. Mais ce n'est pas le cas et je trouve anormale de devoir payer deux fois le même produit, simplement pour une raison de praticité (livre numérique plus pratique à stocker etc.)
    Néanmoins, je ne pense pas qu'il faille directement taxer de scélératesse les éditeurs parce qu'ils ne baissent que de 20-30% le prix. Il faudrait savori exactement quels sont les coûts induits par le numériques, à commencer par la part des droits d'auteurs, de droits de distribution, des taxes et autres qui entrent réellement en jeu dans le prix d'un livre.
    Je rêve d'un monde où mes livres numériques ne coûteraient qu'un euro... Mais je ne sais pas pourquoi je n'y crois pas.
    Par ailleurs, je constate qu'il n'y a rien encore dans les catalogues et je me vois obligé de me farcir des livres au format HTML ou scannés pour rentrer dans la « bête »...
    Il faut savoir prendre de la distance pour juger d'un comportement.

  • Think different
    Think different     

    D'un côté , on veut vivre dans le capitalisme libéral pour pouvoir s'enrichir et de l'autre, on veut conserver ses privilèges.On est bien en FRANCE. Il suffit (comme à mon sens pour l'industrie musicale) de trouver un autre modèle...Tous à vos business Plan. GO....

  • Guimo
    Guimo     

    Un livre éléctronique n'existe pas. Il suffit de ne pas dire que l'on vent un livre éléctronique.

    Les éditeurs vont vite comprendre qu'il vaut mieux vendre un "fichier texte" ou un "fichier pdf", qui n'est pas un livre.

  • YoMilhouse
    YoMilhouse     

    C'est abherent qu'on bloque le prix du livre électronique à 20% du prix du livre "papier", les couts de mise en version numérique sont quasi nulles, c'est encore une fois une mascarade des éditeurs et du gouvernement qui profite du passage au numérique pour exploser leur marges deja très intéressante, ce qui a déja été fait pour les cds qui se téléchargent en mp3 de qualité médiocre (128kb) avec DRM (au début) pour 2.00? le titre. Ils n'en ont pas marre de renouveler leurs erreurs???

    PAS DE LIVRES NUMERIQUES POUR MOI, VIVE LE PAPIER (t'as bien raison Photo)

  • Nilla6
    Nilla6     

    "ce principe a permis de maintenir une saine concurrence dans le secteur du livre papier"

    Haha lol.

    D'ailleurs on voit bien que ce sont les petits acteurs qui se plaignent : Fnac, Virgin, bref des gens qui ont vraiment besoin d'aide, les pauvres :(

  • Photo73
    Photo73     

    D'après une émission à la radio l'autre jour, le livre électronique serait 20% (? 30% oublié vrai chiffre) moins cher que la version papier (sinon, pas défendable, à moins de payer les imprimeurs pour ne rien imprimer).
    Par contre les fichiers seront DRMisés pour éviter le piratage/copie/sauvegarde. Ce qui m'interroge est la portabilité, transfert si la liseuse tombe en panne, ou si on en change de modèle, et au bout de 5/10/30 ans, faudra-t-il racheter les fichiers (changement de format, de technologie, non portable, ..) ? Comme s'il y avait un incendie dans la bibliothèque.
    Par contre, il n'est pas prévu (disons prévu que ce soit pas possible) de prêter un livre à autrui, à part prêter la liseuse, pas de copie ni sauvegarde de ce qui a été acheté (angoissant niveau sécurité de l'investissement).
    Donc, "Vive le papier".

  • silver84
    silver84     

    Tout est dans le sujet...

    Un jour j'étais chez une amie qui avait une restaurant et faisait des soirées "à thèmes".

    Ce soir là, c'était la "divination"... Je fis le tour de tous les personnages (les "devins") et leur "technique" en leur demandant : comment tu fais pour... ?

    J'ai retenu la réponse d'un jeune Belge :

    "Je leur fait raconter leur passé, ainsi je puis leur prédire leur avenir !"

    :(

  • 79DC
    79DC     

    Avec cette loi, j'ai peur de voir où nos fournisseurs veulent aller. Un livre électronique qui sera quasiment au même prix qu'un livre papier, alors qu'à mon avis, le cout de diffusion sera marginale (j'imagine que de nos jours, les livres papiers sont transmis par support numérique aux imprimeurs). Si tel est le cas, cela découragera l'achat et favorisera le piratage... On a pas déjà vu cela avec la musique... Errare humanum est...sed persevere diabolicum...

  • V1nce
    V1nce     

    Cela arrive régulièrement et c'est vraiment pénible.
    Faut avoir le réflexe de préparer ton texte à côté.
    Espérons qu'ils se décident à fiabiliser le truc (stockage dans un cookie + alerte à la fermeture du popup si titre ou message non vides)

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire