Vers l'instauration d'une police de la langue ?