Trop d'icônes tue l'icône