Peer to peer : la mauvaise foi ne peut pas être présumée