Microsoft veut faire peur aux assembleurs