Le savoir numérique, trop anglo-saxon ?