Passer au contenu

Le premier graveur de DVD multiformat

Ce modèle de Sony est compatible avec les deux standards de DVD enregistrables et réinscriptibles. C’est le premier. Mais il est lent.

Avec le nouveau graveur interne DRU500A, de Sony, vous pourrez graver des disques lisibles sur toutes les platines DVD de salon récentes. Il grave les DVD enregistrables, DVD+R et DVD-R, ainsi que leurs déclinaisons réinscriptibles,
+RW et -RW. C’est le premier du genre. A environ 400 euros (2 624 F), ce graveur multiformat est à peine plus cher que ses concurrents compatibles avec un seul de ces deux standards. La version externe de ce graveur, le DRU500UL, est équipée
d’interfaces rapides : FireWire et USB 2.0. Mais elle est plus onéreuse, environ 600 euros (3 936 F). Le DRU500A est livré avec le logiciel de gravure RecordNow, de Veritas. Ce programme est facile à prendre en main, mais ses fonctions restent
limitées. Il ne permet pas, par exemple, d’effectuer une simulation avant la copie. Pour en bénéficier, il faut télécharger la version DX de RecordNow sur le site de l’éditeur (www.veritas.com). Elle est
gratuite. Pour graver un DVD-R, le DRU500A s’est montré six fois plus lent que le DVR-A05, de Pioneer : environ une heure trente contre 15 minutes. Vendu près de 350 euros (2 296 F), le modèle de Pioneer est le plus rapide des graveurs de DVD-R.
Avec un DVD+R, l’appareil de Sony est aussi presque deux fois plus lent que le DVDRW 228K, de Philips (environ 350 euros ou 2 296 F). Il lui a fallu environ 44 minutes contre 25 minutes pour le modèle de Philips qui est le plus rapide des
équipements testés par notre laboratoire pour ce standard. Le couple DRU500A, de Sony, et Record-Now, de Veritas, fonctionne mal. Courant décembre, Sony devait mettre en ligne (http://sony.storagesupport.com) une mise à jour du firmware de l’appareil pour améliorer la vitesse de gravure de DVD+R ; mais nous n’avons pas pu l’apprécier au moment de nos
tests. Le DRU500A est également en retrait par rapport à ces deux concurrents pour graver un CD. Il lui faut 7 min 50 s, contre respectivement 5 min 58 s et 7 min 15 s pour les modèles de Pioneer et de Philips. En revanche, pour écrire sur des
disques réinscriptibles DVD-RW et DVD+RW formatés en UDF, l’appareil de Sony est légèrement plus rapide que tous les autres graveurs de DVD. Détail agaçant : pour pouvoir utiliser le format UDF, il faut télécharger les 3,7 Mo de l’utilitaire Drive
Letter Access (gratuit) sur le site de Veritas. En plus de trois bons logiciels pour la vidéo, Sony fournit Jukebox, de MusicMatch, pour lire, enregistrer et organiser vos morceaux de musique préférés. Enfin, Simple Backup, de Veritas, réalise des
sauvegardes automatiques et restaure vos données en cas d’incident. Dommage que Sony n’ait pas équipé ce graveur interne, au design soigné, d’une molette de réglage du volume et d’une prise casque.


Valérie Devillaine