Du micro pour la macro