Un tiers des sites Web des collectivités ne sont que des vitrines

IP-Label et l'Artesi-Ile de France ont mené une étude sur 200 d'entre eux. Seuls 5 % d'entre eux peuvent prétendre au titre de véritable portail utile aux administrés.