STMicroelectronics lâché par ses actionnaires

France Télécom et Finmeccanica se délestent de quelques 60 millions actions du groupe franco-italien à la faveur d'une embellie sur le secteur des semi-conducteurs. L'opérateur historique français trouve là une manière de redorer son bilan et de se désendetter.