Les places de marché virtuelles doivent encore convaincre