Les éditeurs de jeux parient sur les " occasionnels "