Les correctifs de sécurité bons à ne pas être appliqués

L'analyse de 185 000 ordinateurs pendant 18 mois a permis à l'éditeur américain Qualys de montrer que les correctifs sont peu ou pas installés par les utilisateurs. Un bug dangeureux sur deux est corrigé au bout de trente jours.