Le Yo-yo des analystes