L'ambiance de travail passe au second plan

Seuls 11 % des informaticiens démissionnent pour moins de stress. Malgré les 35 heures, la qualité de vie reste un argument secondaire.