La mémoire vive : point trop n'en faut