Jérôme Pihet : "Nous nous faisons dérober en moyenne six machines par an"