Informatique et libertés : le durcissement