Face à la pénurie, l'Icann choisit le chaos