Des courriels très “ pot de colle ”