Demain : de plus en plus de puissance informatique pour cerner le fonctionnement du génome